mardi 26 novembre 2013

Comprendre l'échec, trouver des remèdes.

"L'avenir ne se prévoit pas, il se prépare." Maurice Blondel
"Il n'y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va." Sénèque

Pourquoi tant d'étudiants échouent aux examens de janvier?

Malgré tous les efforts fournis par les enseignants et organismes d'enseignement pour faire acquérir aux étudiants de bonnes habitudes, ainsi que les aptitudes nécessaires à la réalisation d'un travail d'étude efficace, les faits sont là: le taux d'échec à l'issue de la session de janvier est considérable.

Prenons un exemple: en janvier dernier, 81% et 82% des étudiants de 1er baccalauréat en médecine étaient en échec à l'ULB et à l'UCL respectivement. 

Face à une telle "catastrophe", nous ne pouvons nous empêcher de chercher des raisons, c'est-à-dire d'identifier les pierres d’achoppement qui, au sein du système éducatif, font trébucher tous ces étudiants. Deux grands types de problèmes sont au moins repérables:
  • Ceux relatifs à l'orientation qui commande le niveau de motivation de l'étudiant. Un problème d'orientation fait chuter la motivation de l'étudiant, ce qui entraîne une baisse drastique du temps consacré aux études.
  • Ceux relatifs à la méthode de travail qui contrôle la rentabilité de l'étude. Si l'étudiant s'y prend mal pour rencontrer les exigences de ses professeurs, il court vers l'échec.
Intéressons-nous de plus près à cette 2ème catégorie de problèmes et posons une question simple: quelles exigences peut bien rencontrer l'étudiant lors de la session de janvier auxquelles il ne soit pas préparé?

Nous pouvons repérer au moins 4 grandes "nouveautés" face auxquelles les dizaines d'étudiants que nous accompagnons chaque année ne sont pas bien préparés. Les répertorier permettra, nous l'espérons, à beaucoup d'autres étudiants dans la même situation à mieux évaluer où ils vont:
  • Certains examens sous forme de QCM. Il semble que les étudiants aient été préparés surtout à faire face à des questions ouvertes, soit par écrit, soit oralement. Or en premier baccalauréat, le QCM a tendance à s'imposer de plus en plus! Pour s'y préparer, nous vous renvoyons à notre article sur ce blog.
  • Des supports de cours sous forme de diapositives (slides). Alors que les étudiants ont surtout été préparés à résumer un cours (repérer la structure et les informations pertinentes), il s'agit au contraire dans ce cas de figure de donner de la chair à un support ultra synthétique. Or ce type de support fait croire à tord à l'étudiant qu'il a déjà sous les yeux un résumé du cours! Pour donner du corps aux diapositives il faudra se poser beaucoup de questions (cf. ci-dessous)!
  • Des listes de questions en guise de "tuyaux". Les étudiants sont toujours friands de questionnaires de révision, qu'il s'agisse de questions données officiellement par le professeur ou de questions provenant officieusement d'examens antérieurs. Or trop d'étudiants limitent leur étude à une lecture compréhensive de la matière avant de directement répondre à ces questions. Ces étudiants se partagent souvent le travail consistant à trouver la bonne réponse à chaque question... et il ne leur reste plus qu'à apprendre "par cœur" ces réponses. Résultat: de très grosses difficultés rencontrées lors de l'examen !
  • Être de plus en plus actif et par dessus tout curieux. Voilà l'exigence la plus marquante sans doute, et la plus déconcertante pour tant d'étudiants qui ont réussi leurs études secondaires sans beaucoup travailler. Pourtant, dans les études supérieures, il ne s'agit plus simplement de recevoir l'information et de répondre à des questions. Au contraire il est indispensable de se poser soi-même des questions et d'aller soi-même chercher des réponses dans les supports de cours et auprès des enseignants. La bonne méthode de travail consiste donc à apprendre à se poser des questions et à chercher la réponse (la curiosité entraîne l'acquisition du savoir) ... et pas seulement à répondre à des questions posées par d'autres au moment de l'examen (c'est alors trop tard pour apprendre!).

mardi 12 novembre 2013

Blocus de décembre et examens de janvier: c'est maintenant qu'il faut agir!

"Ca y est … Il est temps … Tu fais des adieux déchirants à ta vie sociale, à la dernière guindaille tu t’accroches au bar comme une huître à son rocher mais il faut devenir adulte, l’espace d’1 ou 2 mois tout du moins! Tu traînes des pieds pour aller t’enfermer des semaines durant dans ta chambre ou dans ta seconde résidence (la bibliothèque), oubliant ce qu’est l’hygiène et la conversation : direction le Blocus !" (Laura Geeraert)

Et si la formule idéale existait pour préparer les examens de janvier?

Les examens de janvier ont ceci de particulier:
  • Il s'agit d'une première fois pour tous les étudiants qui entament des études supérieures.
  • Ils sont organisés juste après une période riche en distractions (en décembre, c'est Noël, puis le Nouvel an... réveillons, cotillons et compagnie).
  • L'hiver: période propice à la déprime!
  • Le "blocus" officiel est court (du 21 décembre au 05 janvier): les étudiants n'ont pas l'équivalent du congé de Pâques pour prendre l'avance!
En conséquence, il s'agit de ne pas se tromper de stratégie et de se donner toutes les chances de réussir ces premiers examens qui font mal chaque année à bien des étudiants. Concrètement, le plan d'attaque est simple:
  • Il reste 6 semaines avant la fin des cours et donc autant de temps pour déjà étudier - ce qui ne signifie pas juste comprendre, mais aussi mémoriser! - la matière vue de chaque cours, en commençant par les plus volumineux, difficiles, redoutables.
  • Un planning doit être réalisé dès maintenant pour organiser le travail durant ces 6 semaines: il s'agit d'inclure des périodes d'étude entre les cours, travaux pratiques, loisirs, transports, etc.
  • Respecter un équilibre: vous vous organisez pour anticiper, pour éviter de travailler dans l'urgence, pour avoir le temps de réaliser ce qui est important; dès lors il vous faut "ménager votre monture" et vous octroyer des récompenses, des pauses.
Pour être stratégique, il convient également de songer dès à présent au blocus proprement dit (officiel)
  • Dans quelles conditions travaillerez-vous entre le 21 décembre et le 05 janvier de manière à produire un travail d'étude efficace
  • Comment comptez-vous vous y prendre pour vous évaluer avant les examens de telle sorte que vous puissiez valider votre connaissance (compréhension et mémorisation) de la matière? 
Si cette session d'examens est bien la première pour vous, ne sous-estimez pas l'importance de ces questions et les moyens nécessaires pour y répondre.

Sachez que le blocus idéal existe. Il s'agit d'un investissement rentable, comme en témoignent auprès de journalistes de la RTBF des étudiants venus y préparer l'été dernier leurs examens de seconde session :