vendredi 27 septembre 2013

Pour réussir...sans trop travailler !


"Travailler 2 à 3 heures par jour, avec rigueur et méthode, cela paraît simple et modeste. C'est à la fois suffisant et très exigeant!" (Jean-François Dortier)

Comment rentabiliser votre temps d'étude?

"Rentabiliser": terme qui signifie obtenir un maximum de résultats au terme d'un minimum de temps. Cet article pourrait donc s'intituler également: "Comment réussir vos études en étant paresseux?" Jean-François Dortier, dont nous avons déjà repris les propos en exergue écrit encore ceci qui nous servira à introduire cet important sujet:

"Optimisez votre emploi du temps, Bien gérer son temps, Soyez efficace…, tous ces titres semblent envoyer un message implicite : il faudrait être toujours « performant » et savoir « gérer » sa vie comme on gère une entreprise. Longtemps, j’ai interprété – à tort – ces titres comme une injonction à ne plus perdre une minute, à ne plus gaspiller ses journées, à « rentabiliser » son temps. Donc ne plus flâner, ne plus s’accorder des périodes de farniente, de rêveries… Quelle horreur et non merci ! Comme tout le monde, je ne souhaite pas être efficace : je veux être heureux !
" (Jean-François Dortier)

Assumer son travail d'étude tout en étant heureux, voilà un noble objectif. Apprendre à gérer son temps, faire un planning, devenir "sérieux"... Tout cela n'implique pas l'arrêt de vos activités de détente, de vos moments de oisiveté, etc. Au contraire, il vous faut des récompenses! Le principe - simple et très rigoureux à la fois - est le suivant: ce n'est pas la quantité qui compte mais bien la qualité!

Voici donc quelques "trucs" qui peuvent vous permettre de mettre en place concrètement ce type de gestion intelligente du temps. Le but, répétons-le à nouveau, est de vous aider à réussir vos études autrement qu'en étudiant sans arrêt!

Truc n°1: Commencez tout de suite à organiser votre temps (la procrastination reste proscrite!).

Votre premier réflexe doit être de vous munir d'un agenda/planning et d'y introduire toutes les activités qui s'imposent à vous: horaire de cours, séances d'exercices et travaux pratiques; temps de trajet; activités sportives, culturelles, sportives; activités festives.

Vous pouvez ainsi déjà constater où sont les plages horaires disponibles pour le travail
d'étude. Vérifiez que vous avez à votre disposition un minimum de ce temps pour étudier: entre 12h et 20h par semaine (en moyenne, weekend compris) selon le type d'études.

Truc n°2: Les 2 premières heures d'étude de chaque cours servent à acquérir une vue d'ensemble.

Ne vous lancez pas l'étude d'un cours sans en acquérir au préalable une vue d'ensemble:
Les objectifs annoncés par le professeur;
Les exigences du professeur, notamment les modalités d'évaluation
Le fil conducteur: la table des matières, les liens logiques entre chapitres.

Autrement dit, sachez toujours où vos professeurs veulent en venir: d'où ils partent, jusqu'où la matière doit vous mener, et par quelles étapes va-t-on passer.

Truc n°3: Acquittez-vous d'abord des tâches imposées à échéance courte.


Occupez votre temps de travail en préparant les séances d'exercices, de travaux pratiques, les tests éventuels, les lectures demandées, et bien entendu les travaux individuels ou collectifs.

Toutes ces tâches doivent être réalisées le plus rapidement possible: vite et bien! Il doit vous rester du temps pour les tâches que vous vous imposez vous-même (cf. le point suivant).

Truc n°4: Dès qu'un chapitre est terminé par un professeur, vous avez une semaine maximum pour en faire la synthèse.
Constituez une liste de tous les chapitres clôturés dans les différentes matières. Dans votre agenda, vous réservez ainsi une partie de votre temps de travail à leur synthèse.

Attention, faire une synthèse ce n'est pas juste "lire", "comprendre", "recopier des mots-clés"! Faire une synthèse, c'est établir des liens:

  • Entre le chapitre étudié et le fil conducteur du cours
  • Entre les différentes parties du chapitre (dégagez-en la structure)
  • Entre les nouveaux éléments théoriques/pratiques introduits et ceux qui ont été acquis précédemment (tableaux comparatifs par exemple)
Truc n°5: Testez régulièrement vos connaissances...
Last, but not least! Comment pouvez-vous vérifier que vous rentabilisez vraiment votre temps d'étude? Un seul moyen: évaluez vos connaissances, interrogez-vous, vérifiez que vous savez expliquer chaque chapitre étudié, et résoudre des nouveaux exercices.

A ce stade, vous pouvez commencer à jouer le rôle du prof: imaginez que vous êtes à sa place et que vous expliquez la matière à des néophytes. Bref, vérifiez que vous pouvez verbaliser, reconstruire un fil conducteur, et - selon les objectifs à atteindre - rédiger un résumé.
_____________________________________________
Tip : Des formations en méthode de travail sont organisées en septembre et octobre chez Cogito pour les étudiants du supérieur.

Vous pouvez également faire appel à un coach pour vous aider à rendre votre travail d'étude rentable.

dimanche 15 septembre 2013

Gérer la rentrée: entre soumission et anticipation

"Les recettes du lycée ne sont plus aussi payantes à l'université: le "par coeur" ne suffit plus. Il faut porter son propre regard sur un sujet, se constituer une réflexion à partir d'une recherche documentaire propre à soi, et des échanges." (L. Telfizian, L. Cailloce et C. Catsaros, Le Monde)

Pour bien démarrer dans les études supérieures...

Commencer ou recommencer des études supérieures, ce n'est pas une mince affaire! L'enjeu principal pour l'étudiant est d'acquérir un bagage théorique et pratique qu'il pourra utiliser à bon escient durant les 40 prochaines années de sa vie.

Le premier métier auquel il faut se former est toutefois toujours celui d'étudiant. Or la formation au métier d'étudiant est implicite, cachée, souvent un peu secrète... et c'est sans doute ce fait qui explique au moins en partie pourquoi près de 60% des étudiants issus du secondaire échouent en 1ère année du supérieur (selon l'Observatoire de l'Enseignement Supérieur).

Conseil n°1: Soyez conscient de votre niveau de motivation.
Le meilleur moyen de faire face aux difficultés qui vous attendent est votre volonté de réussir, et donc votre confiance dans le projet d'avenir que vous vous êtes fixé.

Pédagogiquement parlant, la motivation est un outil de première importance: au contact des cours, elle se métamorphose en intérêt pour la matière, qui lui-même vous incite à étudier en vous posant des questions (pour rappel, une information c'est toujours une réponse à une question).

Si vous doutez de votre choix d'études (vous avez procédé par élimination, vous vous êtes laissé influencé, c'est juste pour essayer, etc.), vous prenez un très gros risque: peut-être n'est-il pas trop tard pour changer d'orientation? Il est possible d'obtenir une aide.
 

Conseil n°2: Changez votre manière d'apprendre!
Ne croyez surtout pas que votre manière d'étudier durant les études secondaires va vous être d'une grande utilité... bien au contraire!

Ceux qui ont cette croyance - le plus souvent ceux qui ont réussi facilement leurs études secondaires - sont des étudiants qui se surestiment et qui adoptent une attitude passive durant le premier quadrimestre: écouter, prendre quelques notes si nécessaire, lire et comprendre, voilà ce qui forme la trame principale de leur méthode de travail.

Cette attitude, sans le savoir, est en fait celle de la soumission: surévaluant leurs capacités, ces étudiants ne font qu'obéir au passé sans prendre la peine de s'adapter à leur nouvel environnement. Or le travail d'étude exige un changement souvent radical d'attitude: être réceptif (écouter, lire, relire, recopier, etc.) ne permet plus d'apprendre; ce qu'il faut c'est construire et reconstruire chaque cours, en commençant par dégager son ossature, son axe principal, ses fondations. Les nouveaux mots d'ordre: décortiquer, analyser, synthétiser. 


Conseil n°3: Anticipez!
Mettons encore en évidence un dernier conseil qui permettra à tout étudiant motivé de trouver le bon chemin dès l'entrée en matière des études supérieures. A nouveau il s'agit de mettre en place une attitude active, et donc éviter de se soumettre aux mauvaises habitudes.

  • Anticiper, pour un étudiant, signifie que dès les premiers cours il cherche à cerner les objectifs et exigences de ses professeurs: comment introduisent-ils la matière? comment annoncent-ils les évaluations? sur quoi insistent-ils pour commencer? etc.
  • Anticiper, c'est également découvrir à l'avance et étudier le plan (la table des matières) de chaque cours: il faut maîtriser le/les fil(s) conducteur(s). C'est un peu comme un pilote de rallye qui doit regarder à l'avance le parcours de la course sur une carte avant de s'élancer pour tenter de remporter la victoire: votre victoire à vous ce sera la réussite des examens de janvier. Il est donc vivement conseillé d'étudier le plus tôt possible le parcours (plan) de chaque matière: vous pourrez ensuite assimiler progressivement les détails en vous aidant de la logique du cours et en vous posant les bonnes questions. 
______________________________________________Tip : Des formations en méthode de travail sont organisées en septembre et octobre chez Cogito pour les étudiants du supérieur. Inscrivez-vous auprès de Mr Nathanaël LAURENT