dimanche 24 mars 2013

Conseil méthodo n°6: Suivez la structure de l'arbre

"L'accumulation des connaissances n'est pas la connaissance" (A. Manguel, Une histoire de la lecture)

Avec le printemps vient l'arbre de la connaissance 

Reconnaissons-le tout de suite, il y a deux catégories d'étudiants qui représentent deux attitudes opposées face aux connaissances qu'ils ont la tâche d'assimiler durant leurs études.
1. Il  y a d'une part les étudiants qui envisagent leurs cours comme s'il s'agissait de tas de feuilles, ou encore des amoncellements d'informations qu'il s'agirait de fourrer dans le sac de la mémoire une fois venue la saison des examens.

2. Il y a d'autre part les étudiants qui, face à chaque cours, cherchent avant tout à y déceler une structure, un ordre, une logique. Les informations n'ont pour eux de sens et ne peuvent être mémorisées que si elles se rattachent adéquatement à cette structure fondamentale.


Filons à présent la métaphore qui nous permettra de saisir en profondeur la leçon méthodologique sous-jacente à cette distinction, et qui nous permettra de comprendre quelle est la meilleure manière d'assimiler une matière. Il s'agit d'envisager un cours, une matière donnée, comme étant un arbre.

Les étudiants de la première catégorie ne s'occupent pas de l'arbre mais seulement des feuilles... Ils étudient un cours comme s'il s'agissait d'un arbre en automne: les feuilles sont tombées, jonchent le sol. Apprendre leur paraît facile puisqu'il suffit d'attendre que toutes les feuilles soient tombées... il n'y a plus ensuite qu'à ramasser les informations pour les entasser dans le sac de la mémoire. Cependant cette facilité à  un revers que ces étudiants connaîtront plus tard à leurs dépends: 

  • D'une part, la tâche d'étudier paraît tellement aisée qu'il est tentant de la reporter à plus tard (il sera bien temps durant le blocus et quelques jours avant l'examen de fourrer ce tas de feuille dans mon sac!). Résultat: c'est trop tard lorsque je découvre que mon sac est trop petit, ou que finalement il y avait plus de feuilles qu'estimé, ou encore que le sac est trop lourd et donc impossible à manipuler!
  • D'autre part, le professeur qui interroge lors de l'examen demande de ressortir une feuille bien précise, ou bien certaines feuilles ayant "quelque chose" en commun... mais dans le sac fourre-tout comment les retrouver? L'étude automnale ne permet pas de répondre aux exigences des examens!
Les étudiants de la seconde catégorie prennent en considération l'arbre global, et ce avant d'entamer l'étude précise de telle ou telle information. Ils ont compris que chaque donnée, chaque information, était rattachée à une brindille, elle-même liée à une branche partant d'un point précis du tronc. Ce dernier est lui-même ancré dans le domaine du savoir par l'intermédiaire de racines qui lui donnent un fondement. Cette approche de l'étude donne de nombreux avantages qui disposent certainement l'étudiant à réussir les examens. En voici les raisons principales:
  • L'étude devient active: il ne s'agit plus de simplement lire et répéter une suite d'informations, mais bien de chercher progressivement les liens qui structurent le cours: ceux que le prof a donnés, mais surtout tous ceux que le prof n'a pas directement livrés. L'étudiant peut aussi rester concentré plus longtemps!
  • La rentabilité de la mémorisation augmente considérablement: vu que nous ne mémorisons que des liens, l'arbre est la structure la plus naturelle de notre système mnémonique!
  • Lors des examens, ces étudiants pourront facilement aller rechercher la ou les informations demandées par le professeur, mais également utiliser adéquatement ces informations dans des situations précises et face à des problèmes très variés... surtout lorsqu'il s'agit de situations et de problèmes nouveaux!
Etudier comme on ramasse un tas de feuilles et se présenter à l'examen avec son sac rempli d'un tas de choses en vrac? Non, c'est absurde! Mais nous observons pourtant que c'est une attitude très courante et spontanée chez beaucoup d'étudiants qui viennent solliciter un coaching ou bien qui viennent apprendre à gérer un blocus... Comme nous l'avons dit, cette attitude paraît plus facile et on croit gagner du temps en remplissant vite vite son sac avec un maximum d'informations.

Etudier la structure de l'arbre de la connaissance pour une matière donnée et analyser comment les feuilles vont se répartir au bout de chaque brindille en fonction des branches, du tronc et des racines? Oui, c'est cela étudier intelligemment! Se distinguer lors d'un examen, c'est parvenir à montrer au professeur que l'on connaît la structure de l'arbre et que l'on peut trouver au bon moment et de la bonne manière les informations qu'il produit harmonieusement!


A bon entendeur, salut! Et surtout félicitations... vous voilà prêt à exprimer toute l'intelligence qui est en vous!

________________________________________________

Tip: Cette métaphore est utilisée par nos Coachs pour aider les étudiants à réveiller tout leur potentiel et ainsi renouer avec la réussite. Toutes les infos sur le Coaching et le Blocus Assisté de Pâques sont sur notre site.

lundi 18 mars 2013

"Les étudiants passent trop de temps à constater qu'ils ne comprennent pas et trop peu à vérifier qu'ils comprennent." (Philippe Le Hardy)

Nouvelle formation "Coaching & Méthode" 

Cette année encore COGITO a organisé une formation destinée aux coachs qui, tout au long de l'année, accompagnent les étudiants du supérieur dans  leur effort pour mettre au point une méthode de travail efficace et rentable.

Le 26 février dernier, c'est Philippe Le Hardy qui a partagé ses connaissances, son expérience et ses outils avec les autres formateurs actifs au sein des différents bureaux COGITO. 25 membres de cette école d'accompagnement ont pu en profiter. Non seulement ce dîplomé de la "Solvay Brussel School of Economics & Management" est coach depuis plusieurs années au sein de l'école d'accompagnement d'étudiants COGITO, mais il est également passionné par la pédagogie et s'est énormément renseigné sur les techniques de coaching. On peut encore ajouter que sa formation universitaire l'a préparé à ce genre d'exercice: apporter de la qualité à une activité éducative dont la rentabilité se mesure au taux de réussite des étudiants que le coach accompagne.

Au programme:
  • Mise en place d'un suivi efficace: Aider l'étudiant à fixer ses objectifs!
  • Des outils pédagogiques selon 5 axes: méthode, mémoire, compréhension, travail individuel et auto-évaluation
Voici quelques morceaux choisis de la formation... trop peu pour rendre compte de la richesse des conseils, outils et autres situations concrètes analysée par Philippe Le Hardy, mais suffisamment pour vous en donner le ton. Il sera question de:
  • Comment maîtriser un concept?
  • L'importance des exercices
  • Comment utiliser les examens  des années antérieures
  • L'importance et l'art de l'auto-évaluation 
video
 ______________________________________________________________
Se faire accompagner par un coach est simple: faites-en la demande via le site COGITOBELGIUM.COM
Le coaching est également proposé durant le congé/blocus de Pâques aux étudiants du supérieur: infos & inscription 

 
  

mardi 12 mars 2013

Matière... matière noire!


"On ne connaît pas la nature de 96 % de l'Univers." 
(Trinh Xuan Thuan)

Alors, soyez curieux! 

"De toute façon, en sciences, si on résout une question, 1.000 autres se posent!", déclare encore l'astrophysicien, professeur à l'université de Virginie (USA) et grand conférencier (il était ce 11 mars à Bruxelles dans le cadre des Grandes Conférences catholiques) Trinh Xuan Thuan.

Bref, ce n'est pas le travail qui manque pour les scientifiques! Cependant, c'est aux étudiants que nous voulons délivrer ce message: vous êtes-vous déjà posé certaines de ces milliers de questions? Prenez-vous le temps suffisant pour développer votre indispensable curiosité? 

A en croire l'astrophysicien bouddhiste, la connaissance consiste à être de plus en plus étonné à mesure que l'on est de plus de plus en informé. Or on a parfois l'impression que les matières qu'on nous enseigne nous rassasient de connaissances, nous assomment d'un savoir pratiquement absolu, nous noient dans les détails de théories toujours plus sophistiquées et complètes.

Ne faudrait-il donc pas changer notre manière d'aborder la connaissance? Bon, avant d'aller plus loin regardez par exemple ceci (cliquez pour accéder aux vidéos):





L'Univers serait donc constitué essentiellement d'énergie noire (74 %) et de matière noire exotique (22 %). Quant à nous, nous faisons partie de 0,5 % "connus" de l'Univers (la matière lumineuse). Il reste encore 3,5 % que les physiciens prétendent connaître et qui correspond à la matière noire. Cela nous laisse donc bien de la marge pour nous interroger!

Le philosophe Aristote débutait son ouvrage dit de "métaphysique" par ces mots: "Tous les hommes ont, par nature, le désir de connaître." Ne vous demandez donc plus comment faire pour apprendre... mais plutôt comment faire pour (re)découvrir le désir de connaître. Le reste viendra facilement, car vous poserez des questions. A ce sujet, rappelez-vous aussi le principe de base de toute bonne pédagogie universitaire (applicable bien entendu également aux études supérieures non universitaires): mettre des chercheurs à la disposition des étudiants, qui pourront répondre aux questions de ces derniers; ces réponses constituant le coeur de l'enseignement universitaire.

Vous voulez encore des sujets d'étonnement, en voici:
- Plus de 90 % de notre ADN n'est pas codant! (intéressé? lisez par exemple ceci)
- EMI (expérience de mort imminente) et tunnel noir: qu'est-ce que la conscience? (voyez ce reportage et cet article)

Vous vous posez encore d'autres questions, vous avez d'autres sujets d'étonnement... Nous vous invitons à nous en faire part, et nous nous ferons un plaisir de chercher avec vous des réponses!
________________________________________________________
Les coaches travaillant pour COGITO s'emploient chaque jour à répondre à vos questions!

vendredi 1 mars 2013

"Choisir sa voie d'avenir"

"Du côté francophone du pays, trop peu d'écoles secondaires proposent un véritable accompagnement." (Philippe Parmentier)

Un atelier  qui donne des ailes avant de faire le grand saut 

Notre dernier post sur ce blog était parfaitement en phase avec les préoccupations actuelles de nombreux autres acteurs de l'éducation... Trois jours après sa publication, La Libre Belgique consacrait 2 pages au thème "éducation et enseignement" avec pour titre "Choisir sa voie d'avenir"!

On y lit notamment les propos interpellant de Philippe Parmentier, directeur de l'administration de l'enseignement et de la formation à l'UCL, : "Il y a encore dix ans, les jeunes élaboraient un projet. Ils réfléchissaient en amont à leur métier futur et à leurs études. Aujourd'hui, l'enseignement supérieur est réellement perçu comme un simple prolongement du secondaire. Le projet de vie se crée par la suite"


Ci-contre une autre partie de l'article qui apporte plus qu'un éclairage: il s'agit plutôt de tirer un signal d'alarme et de pointer certaines insuffisances persistantes dans notre système éducatif. Ce genre de propos ne blâme personne, ni même ne cherche à imputer la responsabilité de ces manquement à qui que ce soit au niveau des politiques ou des écoles. Par contre, il faut y lire une invitation à l'action. Or c'est maintenant ou jamais, en mars ou en avril, que les élèves de sixième secondaire doivent être guidés et éclairés afin de mener à bien une réflexion fructueuse au sujet de leur orientation.

Concrètement, il faut que l'accompagnement des élèves de 6ème secondaire dans le choix et la préparation active de leurs futures études soit mené par des acteurs spécialisés pouvant apporter toute leur expérience en la matière. Ces acteurs, on ne les trouve pas dans les écoles secondaires, et s'il viennent de l'extérieur, il faut s'assurer qu'ils sont bien continuellement en contact avec le monde de l'enseignement, et continuellement à l'écoute également des étudiants qui rencontrent des difficultés pour réussir leurs études supérieures.

Étant un de ces acteurs, avec une expérience acquise durant plus de 10 ans, COGITO propose aux écoles secondaires un atelier d'aide à l'orientation comprenant notamment une préparation méthodologique indispensable aux futurs bacheliers. Composé d'une présentation de 2 heures (avec diaporama) et pouvant être complété par différents types d'exercices, l'atelier propose également aux élèves un guide écrit de 6 pages qui pourra les accompagner durant les mois à venir. En voici deux extraits:
 
Deux écoles (une à Tournai et l'autre à Waterloo) ont déjà fait appel notre service et fait bénéficier leurs élèves de ce nouvel atelier.
 


Toute personne intéressée par cet atelier peut contacter son responsable dont voici les références:

Nathanaël Laurent
Docteur en sciences biomédicales et licencié en philosophie. Assistant à l’Université de Namur et enseignant au C.P.F.B. (Louvain-La-Neuve). Responsable des formations en méthode de travail et des bilans d’orientation au sein de l’école d’accompagnement COGITO safs
nathanael@cogitobelgium.com
http://www.cogitobelgium.com