mardi 8 janvier 2013

Vaincre les QCM!

Tout ce qu'il faut savoir pour réussir un examen QCM...  
C'est votre premier examen QCM? Alors n'attendez pas pour "voir" si vous saurez reconnaître facilement la "bonne" réponse. Vous redoutez les QCM? C'est que vous n'avez pas encore acquis les bons réflexes pour vous y préparer et pour y répondre avec stratégie. Une chose est certaine, avec un Questionnaire à Choix Multiple il ne s’agit pas de simplement reconnaître l'information qui se trouvait telle quelle dans les notes et le syllabus!

Un QCM exige de votre part une capacité de discernement aiguisée afin de faire la différence entre énoncés corrects et leurres. Le prof qui a conçu le QCM s'est évertué à cacher très habilement la bonne réponse parmi des propositions qui lui ressemblent comme deux gouttes d'eau, ou bien qui rivalisent avec elle! Aucune proposition correcte ne sera évidente à repérer... De surcroît, il ne s’agit pas simplement de reconnaître la bonne réponse, mais le plus souvent de faire preuve de pensée synthétique, d'analyse, et être capable d’appliquer la matière. Les questions qui exigent ce genre de réflexion de plus haut niveau ont parfois un contenu méconnaissable!


Comment étudier?
Lorsque vous travaillez la matière, soyez attentifs aux associations entre des faits ou des idées qui ont le même "air de famille". Lorsque que vous étudiez ces ensembles cohérents, portez une attention particulière aux différences entre leurs éléments. Il est utile de concevoir chaque fait ou chaque idée d’après ce qu’il/elle veut dire ou inclut et d’après ce qu’il/elle ne veut pas dire et exclut. Pour un concept abstrait, cherchez ce qu'il est suffisant et/ou nécessaire d’y inclure. Comment deux concepts diffèrent-ils l’un de l’autre? Pourquoi les différences sont-elles importantes? Essayez toujours de les appliquer dans des situations concrètes pour bien vous en rendre compte.

Comment répondre?
Si l’examen contient aussi d’autres types de questions, commencez d’abord par répondre aux questions à choix multiple. La simple lecture des questions et des choix qui y sont associés peut servir à amorcer et à "échauffer" votre mémoire. De plus, les idées contenues dans les questions et réponses vous fourniront des expressions et des informations parfois utiles pour répondre aux autres parties de l’examen.
Lisez attentivement les instructions: elles indiquent parfois le nombre de bonnes réponses possibles, ou le fait que la bonne réponse peut consister en l'association de plusieurs propositions. Ainsi, on vous demandera peut-être "d’indiquer toutes les bonnes réponses". Vous découvrirez de temps en temps cette consigne extrêmement importante: "choisissez la réponse la plus correcte" ou "indiquez la meilleure réponse".
Votre examen QCM consistera en plusieurs dizaines de questions. Il faudra parfois répondre à 60 questions en une heure. Cela signifie que vous disposez d’une minute par question! Bien entendu, certaines questions ne vous demanderont que quelques secondes, mais d’autres requerront plus de temps de réflexion. 


Répondre à un tel examen se fait en 3 étapes :

A. Lisez toutes les questions attentivement mais rapidement en ne répondant qu’à celles pour lesquelles vous êtes absolument certains de la réponse. Indiquez un "?" à côté des questions qui demandent plus de réflexion, et éventuellement un "X" à côté de celles qui sortent du champ de vos connaissances ou qui vous paraissent absolument incompréhensibles.
B. Examinez ensuite les questions associées à un "?" (vous devez réfléchir ou vous hésitez). Répondez à celles pour lesquelles, après réflexion, vous obtenez une réponse ferme. Effacez les "?" et comptez à présent le nombre de réponses que vous avez accumulées: si le QCM est à points négatifs (vous perdez des points en répondant mal) vous pouvez ainsi mesurer le risque que vous pouvez vous permettre de prendre pour les questions restantes.
C. Finalement, examinez les questions restantes. S’il n’y a pas de pénalité (pas de points négatifs), il est préférable d’essayer de deviner que de laisser une question sans réponse. Par contre, avec un système à points négatifs, il faut prendre le moins de risque possible!
Il est également conseillé d'utiliser dès que possible la méthode par élimination. Des recherches ont montré qu’un étudiant sur trois obtient de meilleurs résultats rien qu’en utilisant cette stratégie! Elle consiste également en trois étapes: 

  1. Vous ne lisez que la question (pas les propositions) et vous indiquez au brouillon la réponse que vous donneriez s'il s'agissait d'un examen à questions ouvertes (vous pouvez inscrire quelques mots-clés, l'idée principale).
  2. Éliminez ensuite les choix de réponse donnés par le prof qui sont clairement faux.
  3. Relisez ensuite la question et la/les proposition(s) restante(s) et comparez la/les avec votre propre proposition de réponse. Vous pouvez ainsi éviter certains pièges, sortir du doute, et être attentif aux détails déroutant (formes grammaticales, doubles négations, extension d'un terme, etc.).
Remarques finales:  
  • Tenez bien compte des options telles que «toutes ces réponses» et «aucune de ces réponses». Assurez vous que le choix de réponse est bien en rapport avec la question, parce qu’une affirmation peut être vraie mais ne pas être pertinente compte tenu de la question posée!
  • Faites attention aux négations. Si une expression comme «aucun», «ne … pas», «jamais», «nul», etc. est présente dans la question, sachez que la bonne réponse doit être un fait ou un absolu et que les autres affirmations peuvent être vraies mais ne pas constituer la bonne réponse.
  • Soyez attentif aux superlatifs comme « tous », « chacun », « aucun », « toujours » et «seulement» qui indiquent que la bonne réponse doit être un fait établi et indiscutable. En sciences humaines, les absolus sont rares!
  • Notez que les termes « habituellement », « souvent », « généralement », « parfois » et « rarement » sont des qualificatifs qui peuvent indiquer une bonne réponse... il doivent en tout cas retenir votre attention: soulignez-les!
  • Changer ses réponses: des recherches ont démontré que le fait de modifier ses réponses en cours de route n’est ni bon ni mauvais. Si vous avez une bonne raison de changer votre réponse, changez-la. Le mythe voulant que les gens changent toujours leur bonne réponse pour une mauvaise vient du fait que les mauvaises réponses sont les seules que vous remarquez quand vous recevez la correction de votre examen. Personne ne remarque les questions qui ont été changées pour devenir bonnes!
____________________________________________
En savoir plus sur la préparation aux examens: lisez notre facilitateur d'étude dédié aux EXAMENS

6 commentaires:

  1. Je suis militant d'un syndicat étudiant , et je voudrais prendre votre permission pour publier cet article dans notre mensuel local

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  2. vous avez l"autorisation Mr. Anonyme

    RépondreSupprimer
  3. Je manque absolument tous les examens QCM.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. LES QCM N'ONT JAMAIS ETE UN BON EVALUATEUR de connaissances
      (ettounseyya)

      Supprimer

Ajoutez vos idées, partagez vos expériences!